Paris est de retour dans la partie immobilière

24 août

Si le Brexit a un impact important sur le marché international de l'immobilier de luxe en 2017, ce n’est pas le cas pour l'élection de Donald Trump. Quelles sont les villes préférées des populations aisées?

Entre 2016 et 2017, Paris est passé de la cinquième à la deuxième place dans le classement des villes favorites pour l'immobilier de luxe, confirmé par les réseaux de Barnes et Warburg. Paris est désormais devant Londres et juste derrière New York. Deux des quatre plus grandes villes en 2017 sont américaines (New York et Los Angeles), ce qui prouve que les débuts de la présidence de Trump n'ont pas diminué l'attrait des investisseurs immobiliers.

Cependant, les deux villes s'opposent largement au président. Londres a perdu deux places. Un effet collatéral du Brexit? "En partie, mais ce n’est pas la seule raison", affirment les auteurs du rapport. "Cela ressemble plus à un ralentissement”. La clientèle internationale reste présente, d'autant que la baisse de la livre sterling crée des opportunités pour ceux qui investissent en dollars et en euros."

Paris et New York ont ​​clairement profité du départ annoncé de la Grande-Bretagne de l’Union européenne et Paris de l’élection d’Emmanuel Macron et la confirmation des Jeux olympiques de 2024 qui seront organisés dans la capitale française. "Différents éléments font de Paris une métropole plus stable et attractive que Barcelone, par exemple" poursuit l’étude.

Les chiffres reflètent cette tendance. Par exemple, les transactions de biens haut de gamme (supérieurs à 1 million d'euros) ont bondi de 25% en 2017 selon Barnes, et les prix ont augmenté en moyenne de 10%. Le marché parisien du luxe a été stimulé par la forte présence des acheteurs étrangers. Dans certains quartiers parisiens, ils représentent près d’un tiers des acheteurs. Barnes souligne également le dynamisme des acheteurs français. Le remplacement de l'impôt de solidarité sur la richesse (ISF) par l'impôt sur la fortune immobilière (IFI) n'a clairement pas freiné les décisions d'achat dans le secteur du luxe.

 

- Added to shortlist

- Removed from the shortlist

Undo