ACTUALITéPlutôt que la plage - L’expérience de l’Alentejo

Avez-vous jamais rêvé d’avoir une maison de campagne au calme ? Rencontre avec Aidan McMahon, architecte d’intérieur de São Lourenço do Barrocal, qui nous explique en quoi les maisons du domaine situé au cœur de l’Alentejo, une des perles du Portugal, sont au dessus du panier.

ACTUALITé

Plutôt que la plage - L’expérience de l’Alentejo

Avez-vous jamais rêvé d’avoir une maison de campagne au calme ? Rencontre avec Aidan McMahon, architecte d’intérieur de São Lourenço do Barrocal, qui nous explique en quoi les maisons du domaine situé au cœur de l’Alentejo, une des perles du Portugal, sont au dessus du panier.

Biennale de Venise 2018. A la surprise générale – même celle de son équipe – l’architecte portugais Eduardo Souto de Moura remporte un Lion d’Or. C’est dans ce projet plus que dans n’importe quel autre en compétition que les juges ont vu une représentation audacieuse de ce que l’architecture est aujourd’hui. Qu’avait-il envoyé ? Tout simplement deux photos aériennes de São Lourenço do Barrocal, placées l’une à côté de l’autre. La première montrait l’immense propriété agricole en 2008, avant sa métamorphose en hôtel cinq étoiles. Sur la seconde, les différences à peine perceptibles offraient à voir à quel point les interventions furent délicates. Barrocal est aujourd’hui à l’aube d’une nouvelle transformation : il s’agit de dépasser le stade de l’hôtel grâce à une approche novatrice du développement de la terre qui consiste à attirer une niche de designers prêts à construire leur propre maison et se joindre au groupe qui existe déjà.

Quels clients ce projet attire-t-il  ?

Pour le moment, la plupart des clients viennent du monde du design. Ce sont des gens qui sont tombés amoureux de l’ampleur du domaine. Les parcelles ne sont pas délimitées par des barrières ou des murs, comme c’est généralement le cas. Au contraire, les espaces sont définis par des arbres et une végétation qui se fond dans le paysage. Ce cadre est passionnant pour les propriétaires passionnés de design, car chaque parcelle est unique.

Mais ces designers étrangers ne préfèrent-ils pas avoir une maison sur la plage, à un endroit comme Comporta par exemple ?

La tendance actuelle est de délaisser les plages noires de monde pour des endroits plus retirés dans la nature, des lieux qui favorisent la connexion avec la terre. Pour les familles, les couples ou les personnes seules, ces maisons permettent de passer des vacances au calme. Elles peuvent également devenir un refuge certes isolé mais propice à la créativité, sans être coupé de la communauté créée par l’hôtel.

Qu’est-ce qui rend ce projet si fascinant pour les designers ?

La diversité. Chaque parcelle offre une aventure et une histoire différentes. A quelques pas d’une maison entourée d’une végétation dense, il peut y avoir une autre cachée dans une belle clairière à l’écart. D’autres encore sont marquées par d’énormes rochers ou d’incroyables vues sur le domaine ou le château.

Qu’est-ce qui vous intéresse, en tant qu’architecte d’intérieur ?

Le fait que différents espaces naturels coexistent de façon si proche, et qu’ils se dévoilent à mesure que l’on se déplace dans le domaine. Pour un architecte, c’est absolument fascinant. Mais le design des maisons prend le dessus par rapport aux caractéristiques naturelles de la terre. Le défi est de savoir les intégrer dans les plans. On peut vraiment créer quelque chose d’unique sur chaque parcelle.

Comment avez-vous conçu ce développement ?

José António Uva, le responsable du développement, a habité de nombreuses années sur place. Cela nous a guidé afin de conserver l’esprit du domaine. Par ailleurs, le design des plans originaux, réalisé après des années de réflexion, était déjà très particulier. Chaque parcelle a été conçue avec soin, en fonction de son potentiel. C’est une approche novatrice, car les plans originaux ne prévoyaient pas de diviser le terrain pour faire le plus de parcelles possible. Pour nous, une moindre densité et un design durable apportent une réelle valeur que beaucoup de projets de développement ne cherchent pas à proposer.

Quelle est la marge de manœuvre des acheteurs en ce qui concerne le design de leur maison ?

Les acheteurs sont libres dans leur approche du design, à condition de respecter quelques règles générales. Ils peuvent faire appel à leur propre architecte, et nous pouvons fournir une aide locale. Nous proposons également un service complet, si les clients préfèrent. Un de nos derniers clients américains travaille avec un architecte de New-York sur le design, et nous lui apportons un soutien sur tout ce qui concerne les permis municipaux et la recherche d’artisans. A côté de cela, sur une autre parcelle, pour une série de petits pavillons, nous nous occupons entièrement du design.

Qu’est-il important de prendre en compte lorsque l’on fait les plans de sa maison ?

Nos clients venant d’origines diverses, il est important d’exploiter cela et de bien définir les demandes de chacun. En fait, chaque chaque maison sera différente. Cela dit, que la maison reste privée ou qu’elle fasse partie de l’hôtel comme source de revenus est une décision importante qu’il faut prendre le plus tôt possible. Si la maison est destinée à un usage temporaire pour une courte période, les occupants ne feront peut-être pas grand usage de la cuisine, par exemple. Et si la maison est amenée à devenir une maison familiale pour les vacances, il faut penser à son évolution, parce que la vie de famille évolue.

Pourquoi achèteriez-vous à Barrocal plutôt que d’avoir votre propre terrain ?

En général, les nouveaux acheteurs se sentent appartenir à une communauté. Quand vous achetez un bout de terrain à Barrocal, vous faites partie du domaine, au même titre que l’hôtel et les vignes. C’est le bon équilibre entre l’isolement et l’intimité, le tout intégré à une communauté, ce qui est en soi vraiment unique.