ACTUALITéParis de nouveau groovy

Le producteur Benjamin Cassan nous livre ses secrets pour profiter de Paris by night et danser toute la nuit au son des DJ les plus branchés de la planète.

ACTUALITé

Paris de nouveau groovy

Le producteur Benjamin Cassan nous livre ses secrets pour profiter de Paris by night et danser toute la nuit au son des DJ les plus branchés de la planète.

Alors que la Paris Fashion Week a de nouveau enflammé la capitale cette année, les mythiques soirées ont autant fait parler d’elles que les défilés. Faire la fête à Paris n’est pas une chose aisée. Vous l’avez deviné, et vous n’avez pas tort, le Moulin Rouge et ses mystiques festivités ne sont pas loin, mais de là à savoir où… et comment y participer… c’est une autre affaire ! Ces dix dernières années, les clubs parisiens sont au creux de la vague et manquent un peu de folie… Trop de style, pas assez de substance. Mais Paris a aujourd’hui retrouvé son groove grâce à une poignée d’établissements hôteliers innovants qui ont su rassembler de hauts lieux d’architecture parisienne et des DJ internationaux, faisant de Paris une étape incontournable dans leur tournée mondiale. Et pour la première fois depuis longtemps, la musique est au premier plan !

C’est Benjamin Cassan via son agence Zain qui orchestre ces événements. Pour la Fashion Week 2018, Cassan a fait venir des grands noms d’électro, comme Damian Lazarus ou Bedouin, pour jouer dans son club privé Raspoutine. Précurseur et visionnaire de la scène hôtelière parisienne, Cassan a également fondé quelques-uns des derniers restaurants à la mode de la capitale, comme Loulou, surplombant les jardins du Louvre, ou Monsieur Bleu, situé dans le musée d’art contemporain le Palais de Tokyo. L’été, ces terrasses sont prises d’assaut par une foule branchée d’artistes, musiciens et gens du cinéma qui se retrouvent pour des déjeuners chics dans un environnement à couper le souffle. La réputation de ces établissements tient tant à leur design, fruit du travail de l’architecte de renom Joseph Dirand, qu’à la qualité de leur menu. Cet été, Cassan ouvre une nouvelle adresse, le Girafe, avec un roof-top donnant sur la Tour Eiffel. « Du jamais-vu ! », se confie-t-il.

 

Pour Cassan, tout remonte à son séjour en Ukraine en 2005. « Je suis allé au festival Kazantip en Ukraine en 2005. C’était le Burning Man underground de l’époque… une expérience mémorable ! La musique électro n’était pas aussi tendance qu’aujourd’hui et Ibiza n’était pas encore prisée des milliardaires… je suis devenu copain avec les meilleurs DJ underground de la planète, comme Jamie Jones et The Martinez Brothers. Ils demandaient à l’époque 2 000 € par soirée… aujourd’hui, ce sont des superstars internationales ! Comme j’étais le seul étranger, j’ai décidé de produire ma propre mini boîte de nuit au sein du festival. Avec notre chef français et les plus grands DJ à l’affiche, nous avons attiré des influencers du monde entier, dont des membres de la famille royale suédoise. J’ai ensuite monté des clubs et une salle de concert à Kiev, avant de rentrer à Paris pour ouvrir le Raspoutine. C’est finalement grâce à ce séjour en Ukraine que tout a commencé ! »

C’est au Kazantip que Cassan rencontre sa femme, la Djette ukrainienne Kate Zubok. Aujourd’hui associé, le couple produit des événements privés dans des lieux d’exception. « Nous organisons actuellement un show pour 5 000 personnes dans un hangar d’aéroport avec une vue incroyable sur le Musée de l’Air et de l’Espace : les invités pourront se déhancher en admirant une fusée spatiale ! »

Mais la night life de Paris a-t-elle tant changé que ça ? « Oui ! », selon Cassan. « Ce n’est plus comme avant, quand il fallait voir et être vu. Les VIP qui passaient leurs étés à Saint-Tropez ont commencé à envahir Ibiza : c’est là qu’ils ont compris que la qualité de la musique faisait tout. Je dirais que c’est la grosse différence aujourd’hui : on fait beaucoup plus attention aux artistes et au design. L’alcool et les jolies filles ne suffisent plus. » Cette transition s’accompagne d’une meilleure offre de restaurants dans la capitale française, des restaurants vegan innovants du Marais à l’Experimental Cocktail Club et son équipe dynamique.

« C’est une véritable bouffée d’air frais ! Soutenu par l’élection de Macron, le renouveau est palpable. Les touristes reviennent, les Parisiens investissent de nouveau. Paris est redevenu The place to be ! »

Le carnet d’adresses parisien de Benjamin Cassan

Souvent chargé de jouer les guides touristiques auprès des plus grands DJ de la planète, Benjamin Cassan nous partage ses bons plans.

Où sortir à Paris ?

Pour tout vous dire, je ne sors pas tant que ça à Paris… je passe la plupart de mes soirées dans mes établissements, pour accueillir les artistes, dans la salle de concert du Palais de Tokyo ou au Raspoutine. Les prochaines têtes d’affiche sont Nils Fram ou David August, Tales of Us, Solomun aux platines et un show pop avec Julien Doré. Et quand je ne travaille pas, nous adorons aller avec ma femme à l’est de Paris pour écouter des groupes jouer au club Nuits Fauves, au Concrete ou à l’AccorHotels Arena.

Votre bar à cocktails favori ?

L’Experimental Cocktail Club et les autres établissements ouverts par le groupe ces dernières années : Balagan et Beef Club. Ils ont totalement révolutionné la scène cocktail parisienne en introduisant le meilleur de la culture cocktail de la Grande-Bretagne.

Vos afters préférés ?

Il n’y a pas d’after safe et qui vaille le coup à Paris. Il vaut mieux passer la soirée au Raspoutine jusqu’à 6 heures du matin et rentrer se coucher.

Et côté culture ?

Grâce à Monsieur Bleu and Loulou, j’ai la chance de travailler avec deux des musées les plus dynamiques de Paris, le Palais de Tokyo et le MAD (le Musée des Arts Décoratifs). N’ayant pas de collection permanente, comme au Centre Pompidou ou au Louvre, ils doivent sans cesse se renouveler pour rester attractifs. Le Palais de Tokyo déniche par exemple de nouveaux artistes contemporains et le MAD s’associe à des marques, comme pour l’exposition à succès Dior qui a fermé ses portes début janvier.

Des adresses secrètes, uniquement connues des Parisiens ?

Attention, je vous la révèle en totale exclusivité : nous allons ouvrir un roof-top à la Cité de l’architecture et du patrimoine au Trocadero, qui offrira des vues imprenables sur Paris. Le Girafe !

Et pour une cure détox / recharger les batteries ?

Envolez-vous pour Taiba au nord-est du Brésil, un spot parfait pour le kitesurf ou des séances de yoga.

Et quelles destinations pour des soirées mythiques ?

Kiev et Moscou bien sûr ! Le problème est qu’une fois que vous avez fait la fête là-bas, les nuits européennes vous paraîtront bien fades… Les clubs sont incroyables et les gens ont vraiment le sens de la fête…

Repaires hype du moment ?

L’île de Phu Quoc au sud du Vietnam, où se déroule un nouveau festival d’une durée de 10 jours appelé Epizode, qui a lieu autour du Nouvel An.

Des petits tips pour devenir le maître de la nuit parisienne ? Faut-il nécessairement être inscrit sur toutes les listes ou connaître tout le monde ?

Si vous passez par le concierge de l’hôtel ou qu’on vous demande votre carte bleue pour réserver, c’est mauvais signe… ça ne marche pas comme ça !

La prochaine grande date ?

Soirée SOLOMUN + 1 au Parc des Expositions Le Bourget le 28 avril.