JOURNALChanger de vie en 2018

Initier le changement: des idées simples à appliquer au quotidien

JOURNAL

Changer de vie en 2018

Initier le changement: des idées simples à appliquer au quotidien

Le fléau de consommation de plastique et ses effets sur la planète n’ont rien de nouveau, pourtant depuis quelques semaines, le monde semble s’y intéresser de plus près… Les journaux britanniques s’engagent, Theresa May en fait un point central de sa politique et les entreprises visées par la polémique, comme les grands supermarchés, sentent le vent tourner. Sensibiliser est clé pour modifier notre consommation mais le réel défi est de corriger nos attitudes et nos actions.

Afin de transformer en profondeur nos comportements, les recherches démontrent que nous devons être touchés à un niveau émotionnel ou personnel. Prenons par exemple l’impact du film A Plastic Ocean. Sorti début 2017, ce documentaire a rapidement fait parler de lui dans le monde entier, de par la force et la simplicité de son message, alertant sur l’étendue du fléau du plastique qui étouffe nos océans. Au Chili, les villes côtières ont interdit les sacs plastiques suite à la diffusion de ce film. (Si vous ne l’avez pas encore vu, voici comment le visionner) LINK to bottom section of article. À Bali et ailleurs, les plages jonchées de plastique tirent la sonnette d’alarme: il faut faire quelque chose, et vite.

Chez Athena Advisers, nous sommes fiers d’être partenaires de la fondation Plastic Oceans et de soutenir leur initiative de sensibilisation mondiale. Voici 4 astuces à appliquer au quotidien. Vous avez le choix. À vous de jouer.

—4 ASTUCES POUR CHANGER SON IMPACT ENVIRONNEMENTAL

DANS VOTRE DRESSING:

Bon à savoir

Du processus de fabrication aux matières qui composent nos vêtements, la mode est le deuxième secteur le plus polluant de l’environnement après l’industrie pétrolière. 60 % de nos habits sont confectionnés avec des fibres synthétiques (nylon, viscose, polyester, rayonne, élasthanne, etc.). Non conçus pour durer, ils terminent souvent à la poubelle. Bien pire encore, lors que nous lavons des fibres synthétiques, des microfibres sont libérées, traversent les systèmes de traitement des eaux usées et viennent polluer les océans : ensuite ingérés par les poissons, ces déchets toxiques finissent dans nos assiettes.

Que faire?

Vérifiez les étiquettes avant d’acheter: optez toujours de préférence pour les fibres naturelles. Pour limiter l’impact de votre dressing existant, vous pouvez laver vos pièces synthétiques dans un sac Guppy qui va piéger la plupart des fibres. Pour vos futurs achats, voici quelques marques à privilégier, qui proposent des produits tendance confectionnés à partir de plastique recyclé des océans : les imperméables Insane in the Rain, les maillots de bain Finch Designs, les sneakers chic Veja Veja Shoes et les lunettes de soleil Sea2See.

DANS LA SALLE DE BAIN:

Bon à savoir

Du maquillage à la crème hydratante, les emballages des cosmétiques contiennent des tonnes de plastique. Et ce n’est pas tout: les microbilles, désormais interdites au Royaume-Uni, Canada, Nouvelle-Zélande et quelques états américains, et les polymères synthétiques, qui donnent de la texture aux produits, équivalent à injecter des toxines plastiques dans notre peau. À quoi bon enchaîner les séances de yoga et les cures de jus vert quand nous badigeonnons de plastique notre corps tous les jours? Quant aux produits d’hygiène féminine, ils sont doublement dangereux: pour la santé des femmes, dont les parties intimes entrent en contact avec des matières plastiques, mais aussi pour l’environnement car les serviettes hygiéniques et tampons (sans compter les applicateurs et les emballages) regorgent de plastique. En moyenne, une femme en jette 300 par an, qui ne peuvent être recyclés.

Que faire?

Les coupes menstruelles offrent depuis longtemps une alternative écologique et efficace aux femmes. Un autre avantage? Vous n’achetez qu’une coupe et la réutilisez tous les mois. Sachant qu’en moyenne une femme dépense 11 € par mois en produits hygiéniques, vous économiserez environ 1 100 € en dix ans… Sinon, vous avez Tampon Tribe, un système d’abonnement proposant des tampons et des serviettes sans plastique, sans toxine et sans produit chimique, biodégradables, en coton bio et hypoallergénique.

EN VOUS PROMENANT:

Bon à savoir

Sur les 10 objets les plus trouvés sur les plages, les bouteilles en plastique sont en deuxième position, suivies de près par les sacs en plastique et les pailles. En moyenne, une personne utilise 424 sacs plastiques par an, dont 4 seulement sont recyclés.

Que faire?

Un des plus grands défis au quotidien est de boire de l’eau, surtout en voyage ou en déplacement. À l’étranger, nous perdons souvent les bonnes habitudes prises à la maison et les bouteilles d’eau apparaissent alors comme la seule option. Pour tous les jours, investissez dans une Hydroflask ou une Cobo Bottle, qui font fureur. Pour de l’eau potable de qualité, essayez GoPurePod, un purificateur d’eau portable (l’eau doit être potable à la base) qui filtre/élimine les impuretés de l’eau du robinet. Elle fonctionne pendant six mois, soit l’équivalent de 2 000 bouteilles en plastique à usage unique. Une belle manière de sauver la planète, et votre portefeuille…

AU BUREAU:

Bon à savoir

Dell s’est engagé dans la lutte du plastique océanique en traitant les plastiques ramassés sur les plages, cours d’eau et zones côtières, et en les intégrant au système d’emballage de son nouvel ordinateur portable XPS 13 2-in2 dans le monde entier. La phase pilote permettra ainsi d’empêcher plus de sept tonnes de plastiques de terminer dans nos océans. Les plateaux d’emballage seront intégralement conçus en plastiques recyclés, dont 25 % de déchets plastiques océaniques.

Que faire?

Abandonnez votre Mac ou croisez les doigts pour que cela incite la marque à la pomme à proposer des produits aussi écolos qu’esthétiques.

Rejoignez-nous pour prendre part à cette mission

Vous pouvez aussi le visionner sur Netflix.