ACTUALITéQuand le rêve devient réalité

Christian Bourdais redéfinit les codes de l’industrie avec un projet architectural innovant en Espagne.

ACTUALITé

Quand le rêve devient réalité

Christian Bourdais redéfinit les codes de l’industrie avec un projet architectural innovant en Espagne.

En jetant un pavé dans la mare avec son approche immobilière avant-gardiste, le projet Solo House s’est déjà imposé comme la référence espagnole à l’échelle mondiale, avec des articles dans les prestigieux Wallpaper, Apartamento, The Guardian ou encore Openhouse. Alors que seules deux maisons, sur les 15 prévues, ont été construites à ce jour, une telle exposition à ce stade peut faire des envieux… L’entrepreneur français Christian Bourdais nous révèle comment, à la tête d’une agence de mise en œuvre de projets d’art contemporain, il est parvenu à redéfinir le rôle de l’architecture dans le développement immobilier.

Qu’est-ce qui vous a inspiré à imaginer les Solo Houses ?

Ma femme et moi dirigeons l’Agence Eva Albarran en France, spécialisée dans la mise en œuvre de projets d’art contemporain. Nous entretenons donc des relations privilégiées avec des artistes français et internationaux de renom. Il y a 7 ans, nous avons décidé d’aider davantage les architectes à donner un vrai sens à leur créativité. Nous avons alors imaginé une collection architecturale dont je suis le curateur, un lieu où l’approche de création serait différente.

Comment avez-vous procédé ?

Nous avons tout d’abord invité quatre architectes inspirants, leur donnant carte blanche pour concevoir la nouvelle maison contemporaine. Nous avons maintenant 13 projets en cours et deux déjà construits : celle du studio chilien Pezo von Ellrichshausen Architects a été vendue et l’autre Solo House, du studio belge Office KQVDS, est en vente. Chaque bien présente une typologie d’architecture radicalement différente. Plus que des sculptures extravagantes, ce sont de fabuleux lieux de vie qui remettent en cause et redéfinissent notre manière de vivre.

Comment avez-vous sélectionné le terrain ?

Les Solo Houses sont situées dans les montagnes à deux heures de Barcelone, dans la région de Matarraña, à 30 km de la plage. Au nord-est du Parc naturel des Ports, il est localisé entre Barcelone, Valence et Saragosse et entouré de centaines d’hectares de nature vierge ; un endroit magique, déconnecté du quotidien, où on se sent complètement isolé et seul au monde. Pas grand-chose à faire dans le coin donc il était crucial de créer une nouvelle destination de toutes pièces. Et avec 15 maisons, c’est chose faite !

Et comment choisissez-vous les architectes ?

De la même manière qu’on choisit avec quels artistes travailler. Il y a au moins 50 architectes renommés dans le monde avec qui j’adorerais collaborer, mais j’ai jeté mon dévolu sur ceux qui vont marquer l’histoire de l’architecture. Je ne vais pas travailler avec un architecte ou un artiste populaire, dont je n’aime pas le style, sous prétexte qu’il ferait vendre. Nous nous efforçons de réunir le meilleur de l’architecture de notre époque, avec les plus grands talents internationaux de demain : une première historique !

En pratique, que signifie leur laisser carte blanche ?

Je sélectionne la parcelle pour chaque architecte et les laisse faire : je n’impose rien, à part le budget. Ils prennent ensuite le temps nécessaire pour mener à bien leur projet. Le processus est long, un peu plus que pour un développement normal : environ 16 mois de la conception à l’achèvement.

Comment de tels développements immobiliers influencent-ils l’industrie ?

À terme, la collection créée sera la définition même de l’architecture moderne. En fait, c’est déjà le cas. Des étudiants d’une école d’Oslo, qui construisent leur propre Solo House, sont venus visiter les lieux. Cela fait désormais partie de leur programme, ce qui prouve l’influence du projet au sein de l’industrie !

En quoi l’approche des Solo Houses est-elle unique ?

Notre approche est à l’opposé de la majorité des développements immobiliers, pour lesquels la vision et la créativité de l’architecte sont souvent freinées par le cahier des charges du promoteur. On ne peut pas dire que les constructions actuelles soient dans la bonne voie. Avec les Solo Houses, je mets l’architecte au cœur du processus.

Et en quoi est-ce si important ?

L’objectif des Solo Houses est d’illustrer une vision contemporaine de notre manière de vivre aujourd’hui. Nous avons donné un maximum de liberté aux architectes en les accompagnant au mieux… le résultat ? Un véritable chef-d’œuvre ! C’est la preuve que les choses peuvent être faites différemment.

Quel a été le plus grand défi du projet ?

Nous nous sommes fait un nom dans le monde de l’architecture à l’échelle internationale, ce qui n’est pas rien ! Notre plus grand défi désormais est de tout vendre et de nous montrer à la hauteur. À ce jour, seules deux maisons sont construites ; la première est partie en deux heures et la seconde est sur le marché depuis peu. Nous avons déjà le permis de construire des cinq suivantes, on va donc se concentrer sur celles-ci.

Comment imaginez-vous les futurs propriétaires des Solo Houses ?

Les Solo Houses sont destinées aux personnes voulant marquer l’histoire de l’architecture. Les maisons se louent très bien et n’ont plus aucune date disponible entre avril et octobre. Mais en plus d’offrir une rentabilité très élevée, elles permettent de participer à cette belle aventure architecturale contemporaine. Pensez à tous ces architectes… dans 10 ou 15 ans, certains auront remporté un prix Pritzker ! C’est un pari sur l’avenir, ça fait partie du jeu : qui soutenir ? Quels biens tripleront de valeur ?

Quel type d’expérience proposez-vous ?

Nous nous sommes basés sur un hôtel conçu par l’architecte chilien Smiljan Radic. La dernière pièce du puzzle catalysera toute l’activité du site. Lieu d’exception à part entière de la collection Solo Houses, elle centralisera les services des 15 maisons pour en faire les suites les plus spectaculaires au monde. Le paysagiste Bas Smets et le curateur international Hans-Ulrich Obrist (conservateur de la Serpentine Gallery) sont chargés de l’agencement extérieur. Passer d’une maison à une autre promet d’être une expérience unique !

Le projet a-t-il eu des retombées inattendues ?

Oui ! Un article vient par exemple d’être publié, mettant en avant un avantage inédit de l’initiative : faire connaître cette région d’Espagne. Croyez-moi, il est rare, quand on construit des maisons, d’être aussi exposé !

Et on signe où ?

Notre dernière œuvre en date, Solo Office, est actuellement en vente pour 1,8 million d’euros. Nous vendons également quatre autres maisons en construction : SOLO MOS, SOLO JOHNSTONMARKLEE, SOLO BAROZZI VEIGA et SOLO FUJUMOTO entre 1,6 million et 2 millions d’euros.

Pour en savoir plus : http://solo-houses.com/en

La Dream Team du promoteur :

Sou Fujimoto

Johnston Marklee

Pezo Von Elrichshausen

Christ & Gantenbein

Kersten Geers and David Van Severen (Office KGDVS)

Didier Faustino

Bijoy Jain (Studio Mumbai)

Anne Holtrop

Barozzi Veiga

Rintala Eggerston

Michael Meredith and Hilary Sample ( MOS)

Go Hasegawa

Kuehn Malvezzi

Tatiana Bilbao

Makoto Takei and Chie Nabeshima (TNA)

Smiljan Radic

Bas Smets