ACTUALITéLe rebelle des pistes

Le monde du snowboard a été révolutionné par Paul Coleman il y a maintenant plus de 10 ans, et il n'est pas prêt d'être détrôné.

ACTUALITé

Le rebelle des pistes

Le monde du snowboard a été révolutionné par Paul Coleman il y a maintenant plus de 10 ans, et il n'est pas prêt d'être détrôné.

Snowboardeur chevronné, Paul Coleman est, en 2005, un des premiers moniteurs de snowboard britanniques à enseigner en France. Sur toutes les stations alpines, il jette son dévolu sur le village cossu de Méribel pour secouer la scène guindée du ski français avec une dose de culture snowboard rebelle, en cofondant l’école de snowboard Cab9 Snowboarding. Provocateur dans l’âme, Paul lance il y a un an une entreprise de lunettes de soleil polarisées, également appeléeCab9 pour contrer la domination des grandes marques avec des modèles abordables. En plus de quelques tips pour le snowboard à Méribel, il nous explique comment la discipline a évolué ces dernières années et pourquoi vous n’aurez plus jamais besoin d’acheter une paire de lunettes Oakley de votre vie.

Qu’est-ce qui vous a amené à Méribel ?

Je vivais et travaillais en Andorre dans les Pyrénées, où j’ai tenu une école de snowboard pendant de nombreuses années. À l’époque, la réglementation française ne permettait pas aux étrangers d’enseigner le snowboard en France, sauf si tu étais moniteur de ski. C’est une longue histoire, mais tout a changé quand les profs de snowboard les plus compétents du Royaume-Uni ont pu faire reconnaître leurs qualifications par l’État français et ont été autorisés à exercer en France. J’ai alors décidé de quitter la Principauté d’Andorre et de monter une école de snowboard en France. Avant, c’étaient les moniteurs de ski qui donnaient des cours de snowboard sur leur temps libre. Ça manquait d’authenticité et de sérieux… Nous voulions être les premiers à proposer uniquement des cours de snowboard, enseignés par des passionnés, qui ne vivaient que pour ce sport et sa culture.

Parlez-nous des premières années ?

On avait un peu carte blanche au début et nous avons, pour la plupart, choisi différentes stations. Je me suis associé avec un ami pour monter Cab9 Snowboarding il y a maintenant douze ans. Nous étions (et nous sommes toujours !) la seule école 100 % snowboard de Méribel. Quand ils ont vu débarquer ces nouveaux instructeurs de snowboard britanniques, les Français ont forcément tiqué car l’École du ski français est une véritable institution ici… nous nous sommes donc heurtés à une certaine résistance mais, au fil des ans, notre école s’est développée et nous avons finalement été acceptés à Méribel. Nous ne sommes toujours que six dans l’équipe mais notre réputation est bien établie. Je suis sûr qu’on pourrait aussi donner des cours de ski pour s’agrandir, mais ce n’est pas dans notre intérêt. Notre établissement est une histoire de moniteurs passionnés et hautement qualifiés, avec des milliers d’heures de cours à leur actif, et pour qui le snowboard est un véritable mode de vie.

OK, excusez mon ignorance, mais quelles sont les origines du snowboard ?

À ses débuts, le snowboard était un simple mouvement avant-gardiste. Nous n’étions que quelques initiés à oser casser les codes sur les pistes. Mais, au contraire, je dirais que le snowboard a donné un coup de pied aux fesses au ski, en influençant notamment le design des skis et les vêtements des skieurs par la suite. Les deux sports évoluent aujourd’hui en parallèle.

Qu’est-ce qui vous a séduit dans le snowboard, une discipline encore méconnue à l’époque ?

J’ai grandi en Espagne où mes parents dirigeaient un centre de loisirs aquatiques. Je passais mon temps à faire de la planche à voile ou du wakeboard. Quand j’ai effectué mes premiers pas sur la neige, j’ai donc naturellement été attiré par le snow… mais ce que j’aime par-dessus tout c’est ce sentiment de liberté sur ma planche. Je sais aussi skier mais pour moi la grande différence est le regard porté sur la montagne et l’approche choisie… tu étudies le terrain et dois redoubler de créativité pour tracer ta ligne… tu te sens plus en communion avec la nature. Contrairement aux snowboardeurs, beaucoup de skieurs ne sortent jamais des pistes !

Quels sont les atouts snowboard de Méribel ?

À notre arrivée, la station était très tournée vers le ski. Elle attirait traditionnellement les skieurs britanniques des classes moyennes et supérieures donc ça n’était pas forcément l’endroit idéal pour monter une école de snowboard… mais l’environnement a beaucoup évolué depuis. Aujourd’hui, DC Shoes sponsorise le snowpark principal et a beaucoup investi pour en faire un parc de freestyle d’envergure mondiale. Ils font venir leur équipe pro internationale chaque saison pour une séance photo, ce qui a beaucoup contribué à lancer la discipline dans la station. Et le domaine des 3 Vallées, ultra polyvalent, est un des meilleurs au monde : on ne s’ennuie jamais !

Un coin favori ?

Pour le hors-piste, j’adore une des descentes du télésiège Olympic Express. Une fois au sommet du Roc de Fer, tournez à droite le long de la crête, puis prenez un des couloirs donnant sur des champs de poudreuse, traversez le bosquet avant de dévaler sur le petit hameau du Raffort. Ce n’est pas dangereux, mais comme c’est complètement hors-piste et en dehors des limites de la station, il est très important de partir avec un guide car il y a des risques d’avalanche. Une fabuleuse expérience de hors-piste en snowboard ! En général, j’en parle pendant des jours ensuite… Quand les conditions sont bonnes, c’est juste hallucinant !

Et pour éviter la foule à Méribel ?

Si je veux m’isoler un peu, je prends la télécabine de Tougnète : au sommet, je passe de l’autre côté et descends une piste appelée Pramint qui mène à la petite station St Martin de Belleville. C’est une piste large avec des passages assez difficiles mais elle est surtout peu fréquentée et les conditions sont généralement idéales, même quand il y a peu de neige. Vous avez de chaque côté du hors-piste facilement accessible donc c’est parfait pour débuter et goûter à la poudreuse.

Plutôt guides ou moniteurs ?

Nous faisons de tout : des cours collectifs le matin et particuliers l’après-midi, des cours pour les riders experts ou des sessions de freestyle pour progresser ou apprendre à réaliser de nouveaux tricks. Nous aimons avant tout enseigner et si un client cherche juste un guide, nous n’hésitons pas à l’aider à corriger ses mauvaises habitudes ou à améliorer sa technique.

Et les lunettes de soleil dans tout ça ?

Ça faisait des années que je me disais qu’il existait un marché pour les lunettes de soleil de qualité à petits prix. Mes amis n’arrêtaient pas de se plaindre d’avoir encore perdu une paire d’Oakley à 120 euros ou d’avoir cassé une paire bon marché… sans parler des potentiels dégâts pour les yeux. Je me suis donc finalement décidé à concevoir des lunettes de soleil polarisées de bonne qualité et abordables.

En quoi la marque Cab9 Eyewear révolutionne-t-elle le marché ?

Elle propose des produits design de qualité, à un niveau de prix inégalé. Stylées et robustes, nos lunettes polarisées sont bien en dessous des prix du marché. Ancré dans le monde du snowboard, notre positionnement est crucial car il nous permet de tester nos articles en conditions réelles. Nous passons nos journées sur les pistes, et, avec la réverbération de la neige, les yeux sont plus que jamais exposés aux effets nocifs des UV. L’environnement de test idéal ! Si nos lunettes sont efficaces en montagne, elles le seront forcément sur la plage ou au quotidien ! Ce sont des experts, nos moniteurs, qui essaient nos produits et nous donnent leur avis sur le design…  le style c’est important pour un snowboardeur ! Tous nos articles sont équipés de verres polarisés et protègent les yeux des UV, ce qui est primordial dans notre sport, et respectent ou dépassent toutes les normes internationales.

Quelles sont les prochaines étapes ?

Créée il y a seulement dix-huit mois, notre entreprise est encore toute jeune. L’année prochaine, nous lançons de nouveaux modèles. Nous travaillons également sur un masque dans le même esprit que nos lunettes : un mix entre qualité et prix abordable. Vous seriez bien surpris de voir combien coûte la fabrication d’une paire de lunettes Oakley…