LISBONNEExpatriation et éducation : innover pour mieux enseigner

La nouvelle école à Lisbonne devrait attirer toujours plus de familles expatriées dans la capitale portugaise.

LISBONNE

Expatriation et éducation : innover pour mieux enseigner

La nouvelle école à Lisbonne devrait attirer toujours plus de familles expatriées dans la capitale portugaise.

Une préoccupation majeure des familles cherchant à partir vivre à l’étranger est d’assurer la meilleure éducation possible à leurs enfants. C’est une question délicate : trouver le bon compromis entre une école qui soutient l’enfant dans son processus d’adaptation et un programme suffisamment complet pour lui permettre de réintégrer si besoin le système d’éducation de son pays natal. Quelle est alors la meilleure solution ? Traditionnellement, les parents expatriés ont le choix entre les écoles internationales des systèmes français, britannique ou américain. Suivant le programme national, elles semblent en effet appropriées, mais peuvent être limitées sur le plan créatif et ne proposer qu’un enseignement unilingue.

Quand la question s’est posée, la Parisienne Elizabeth Mathieu, qui a emménagé à Lisbonne il y a 12 ans et est aujourd’hui  mère de 3 enfants entre 2 et 9 ans, a tenté une nouvelle approche. « À l’époque, j’ai visité toutes les écoles de Lisbonne. Il y en a de très bonnes à l’extérieur de la ville, mais je n’ai pas trouvé ce que je cherchais dans le centre. Nous y avons vu une opportunité et avons décidé d’en monter une nouvelle », nous raconte Elizabeth. Elle s’associe alors à une autre mère française, Hélène Dubourdieu, pour créer l’école de leurs rêves pour leurs enfants. Après 3 ans de travail, la Red Bridge School ouvre ses portes en septembre dans le charmant et paisible quartier résidentiel de Campo do Ourique. Red Bridge accueillera des enfants de 3 à 12 ans mais les classes seront à plusieurs niveaux. « Petits, les enfants grandissent souvent à des vitesses différentes. Il est donc inutile de les freiner ou de les pousser dans leur apprentissage. Chacun son rythme ! C’est une période clé de la vie pour développer une facilité et une curiosité d’apprendre. Notre approche consiste à évaluer les capacités et besoins de chaque enfant pour lui proposer une solution adaptée », explique Elizabeth.

Les classes à plusieurs niveaux sont au cœur de l’éducation Montessori, une des pédagogies non traditionnelles les plus reconnues au monde. Créé par l’Italienne Maria Montessori en 1906, ce système est en pleine croissance dans le monde entier depuis une vingtaine d’année, alors que les parents recherchent des alternatives aux programmes d’éducation nationaux rigides et parfois désuets qui ne prennent pas en compte les recherches sur l’apprentissage. Les autres caractéristiques du système Montessori sont, entre autres, le libre choix des activités, l’apprentissage par des exercices concrets et l’entraide… une approche qui a fait ses preuves dans l’épanouissement de la créativité chez l’enfant et de son aptitude à réaliser des tâches. Dans l’élaboration de leur programme éducatif pour Red Bridge, Hélène et Elizabeth se sont également inspirées de l’école lisboète Movimento Escola Moderna.

« Nous avons longtemps débattu sur la question : doit-on faire de Red Bridge une école Montessori ou l’intégrer à Movimento Escola Moderna ? », ajoute Elizabeth. « Puis nous avons réalisé que la meilleure approche était de partir des deux mouvements, sans se limiter à un modèle fixe afin d’être plus souple et de laisser notre école évoluer naturellement. Nous nous sommes bien sûr inspirées de ces deux pédagogies, surtout concernant le développement de la motivation intrinsèque des enfants, qui les encourage à agir en fonction de ce qui est bon pour eux et non à cause d’une force externe comme l’éloge, la peur, la compétition ou la punition. L’autonomie joue un rôle crucial dans la confiance en soi. Même à 3 ans, on se sent plus fort quand on comprend qu’on peut faire quelque chose tout seul. » Red Bridge sera agréée par les systèmes portugais et français mais les cours sont conçus pour évoluer naturellement en fonction du domaine d’intérêt de chaque classe. La journée commence par un cercle de partage en groupe durant lequel l’enseignant jauge ce qui retient le plus l’attention des élèves puis élabore ensuite le programme de la journée ou de la semaine en fonction. Les divers sujets sont ainsi reliés aux questions pratiques quotidiennes afin que les élèves puissent immédiatement mettre la théorie en pratique. « Selon l’expert en éducation Ken Robinson, les écoles traditionnelles mettent à mal la créativité. Cela se voit à notre génération, qui manque cruellement d’inventivité. Nous voulons donner à nos enfants l’opportunité d’exprimer leur créativité chaque jour, que ce soit en musique, par les arts ou les mouvements, en permettant à chacun de trouver son moyen d’expression et son domaine de prédilection. »

Le recrutement d’enseignants qualifiés est bien sûr au cœur de l’approche de Red Bridge : experts bilingues aux expériences très variées, ils viennent d’Afrique du Sud, de Grande-Bretagne, de France, du Portugal ou d’Angola. Dans le système traditionnel, les professeurs se retrouvent souvent limités ou incompris, forcés d’enseigner d’une manière non appropriée pour leurs élèves, avec peu de marge de manœuvre pour innover ou améliorer la situation. « Il est vrai que ni Hélène, ni moi n’avons de formation pédagogique, mais l’avantage est que nous apportons un œil neuf et une nouvelle perspective », se confie Elizabeth « Cela génère des discussions passionnantes avec les enseignants sélectionnés et crée un environnement bien plus dynamique et productif. Pour avoir une école innovante, il faut un corps enseignant novateur et donc laisser une certaine marge de manœuvre. En coulisses, nous échangeons en permanence ; leurs parcours variés leur permettent de recouper leurs expériences et de partager leurs domaines d’expertise et compétences passées. C’est formidable de redonner du pouvoir aux professeurs plutôt que de limiter leur participation et leur créativité. Notre rôle est de faire fonctionner l’école sur le plan administratif, pour qu’ils puissent se donner à fond dans leur travail et que les enfants bénéficient des meilleures conditions d’apprentissage possibles. » Des réunions stratégiques mensuelles permettent d’aligner le programme de l’école directement sur l’expérience, les réalités du quotidien et les besoins des élèves.

Même si certains parents ne sont pas convaincus par une telle souplesse, d’autres au contraire approuvent totalement cette approche. « Nous remarquons que le type de parents intéressés par notre école sont des entrepreneurs internationaux ayant l’habitude d’innover et ayant beaucoup déménagé. Ils accordent aussi beaucoup d’importance au fait que les cours soient bilingues, ainsi qu’à la diversité des élèves et des professeurs. »Les cours du matin sont dispensés en français ou en portugais, et ceux de l’après-midi sont tous en anglais.« Chaque enseignant est accompagné d’un assistant, qui sont pour la plupart des professeurs de langue qualifiés. On croit souvent que les jeunes enfants ont des facilités pour apprendre une nouvelle langue mais en réalité c’est aussi difficile pour eux que pour nous ! Ils pensent simplement ne pas avoir le choix et n’ont pas encore appris à se plaindre ! Il est ainsi important d’avoir des experts sur le terrain pour accompagner chacun d’eux dans leur apprentissage et leur évolution. »

Situé à quelques pâtés de maisons du parc d’Estrela, un des plus beaux espaces verts de la ville, l’édifice a été élaboré dans une logique de respect de l’environnement, en collaboration avec le promoteur immobilier de premier plan Stone Capital. Construites avec du bois lamellé-croisé, les salles de classe sentent bon la forêt, intégrant totalement les bâtiments aux tilleuls centenaires de la cour de récréation et assurant une faible empreinte carbone. Le terrain a été racheté à l’Association locale pour les aveugles mais, dans un souci constant d’intégration, Red Bridge a tenu à affecter un de leurs bâtiments à l’Association et à établir des séances de travail associatif hebdomadaires entre les enfants et l’Association et d’autres projets communautaires locaux. À l’avenir, l’objectif est aussi de proposer des bourses aux familles n’ayant pas les moyens de payer les frais d’inscription s’élevant à 500 € par mois.

« Lisbonne nous a tant donné à mon mari et moi depuis des années, nous avons été si heureux ici… cette école est une manière pour moi de la remercier », conclut Élisabeth.