BARCELONEWhere to work in Barcelona

L'entrepreneur britannique Benjamin Nachoom, nous parle de l'évolution de l'entreprise au niveau mondial et de la transformation de la culture du travail à Barcelone.

BARCELONE

Where to work in Barcelona

L'entrepreneur britannique Benjamin Nachoom, nous parle de l'évolution de l'entreprise au niveau mondial et de la transformation de la culture du travail à Barcelone.

Yoga classes at OneCoWork in Barcelona

Quand le soleil brille sur la capitale catalane, la marina est « the place to be ». C’est ici que le Ciutat Vella, centre-ville historique de Barcelone, plonge dans la mer. Et c’est ici que se trouve One Ocean, une des plus grandes marinas de luxe de la Méditerranée, au milieu des places animées, des bars à tapas et des rues bondées. Club exclusif aussi célèbre que le Soho House, One Ocean accueille un restaurant, un bar à cocktails, un club privé et un espace de co-working, le OneCoWork, que le Britannique Benjamin Nachoom vient d’ouvrir. Son succès fulgurant (200 bureaux vendus en 3 mois dès l’ouverture et une longue liste d’attente) témoigne de l’évolution d’une ville où l’explosion du tourisme (44 millions de visiteurs en 2017) et un marché immobilier en plein essor contribuent à relancer la croissance alors que l’économie espagnole montre déjà des signes de reprise. La qualité de vie qu’offre la ville (coucher de soleil sur la plage après le travail, croisières le week-end et restaurants à tapas étoilés…) n’est un secret pour personne, mais, dans le passé, son économie en berne était un obstacle aux yeux des expats carriéristes et des investisseurs étrangers.

Toutefois, la roue semble tourner depuis quelques années. Dans le cadre de sa stratégie d’évolution, la maire Ada Colau a l’ambition de faire de sa ville, rendez-vous incontournable des week-ends lowcost, un centre européen pour les consultants, freelances et entreprises mondiales, notamment dans l’industrie du luxe. Avec le boom du tourisme et du marché immobilier, les entreprises locales ont commencé à saisir l’importance d’embaucher des employés anglophones. 

Pour M. Nachoom, ancien banquier d’affaires qui a quitté Londres pour Barcelone en 2015, cette dynamique s’inscrit dans la lignée d’une transformation fondamentale de notre culture du travail, qui explique la forte demande du One Work. « J’ai complètement déchanté. Je détestais ce que je faisais et tout l’argent que je gagnais ne valait pas le coup. Je voulais faire autre chose de ma vie. J’ai appelé mon père et, au cinquième coup de fil, il m’a dit de démissionner et de le rejoindre à Barcelone, où il vivait. Nous avons ensuite décidé de monter ensemble un espace de co-working. »

Le One Work, qui emploie un duo architecte et décorateur d’intérieur à plein temps, doit sa popularité à son approche à la fois design et communautaire. Des meubles ergonomiques, comme des sièges avec support pour ordinateur portable intégré, encouragent la flexibilité et les mouvements. « Il existe quelques espaces de co-working fabuleux à Barcelone qui s’efforcent, comme nous, de créer un fort sens de communauté. Mais notre offre se définit également par un agencement fluide et intuitif de nos espaces. Si les gens aiment leur environnement de travail, où ils passent la plupart du temps, ils seront plus productifs et collaboratifs. »

Quant à la communauté, M. Nachoom attribue tout le mérite à son équipe de community managers qui a pour mission d’apprendre à connaître chaque membre, son entreprise et sa motivation en détail, afin de mettre les compétences des clients en relation. « Nous accueillons une entreprise immobilière et, depuis qu’elle nous a rejoints en novembre, nous leur avons amené trois clients. Un studio fitness bootcamp se trouve également à OneCoWork. Ils viennent d’ouvrir un nouveau cours de dix personnes et la moitié des inscrits vient d’ici. Dans un tel environnement, tout le monde trouve des clients et de nouvelles idées ! » En plus de cette approche proactive, des événements habdomadaires rassemblent les membres. « J’ai trouvé mon colocataire lors d’une de ces soirées et lui a recontré sa copine. Ici, travail rime aussi avec le fun ! »

La stratégie de M. Nachoom s’inspire du géant mondial de co-working, WeWork, récemment valorisé à 20 milliards de dollars. « Le marché dans son ensemble témoigne de l’évolution du mode de travail et de gestion des équipes dans le monde. Microsoft occupe par exemple des étages entiers à We Work. Tout comme Internet a révolutionné la communication, le modèle d’espace de travail traditionnel est en train de changer. Je pense que dans 30 ans, il n’y aura plus de bureau. J’ai travaillé dans une entreprise classique et la différence est flagrante. Peu d’entreprises dans le monde peuvent mettre ainsi en relation des talents. Les espaces de co-working privilégient l’humain et boostent la productivité. » Sur les 200 membres de OneWoWork, M. Nachoom estime que 90 % sont internationaux et travaillent en anglais. Le ration entreprises/freelances est de 50/50 mais M. Nachoom explique qu’il y a de plus en plus d’employés d’entreprises mondiales, qui ont compris qu’il est bien plus facile et rentable de réserver un poste fixe ou un bureau dans un espace de co-working que d’avoir ses propres locaux. 

L’année prochaine, OneCoWork a pour projet d’ouvrir un nouvel espace pouvant accueillir 400 nouveaux membres, sur la place centrale de la ville, Plaza Catalunya. Pour M. Nachoom, le succès de son entreprise est dû à l’évolution de la manière de travailler dans le monde, mais aussi à la croissance de Barcelone. « Le monde du travail est en pleine mutation à Barcelone. Une Soho House vient d’ouvrir, ce qui prouve qu’il y a de l’argent et qu’il est utilisé à bon escient. La scène tech et entrepreneuriale se développe rapidement et de plus en plus de fonds de capital-risque américains investissent. Barcelone est une ville bien plus technologique que Londres : par exemple, quand je pars travailler, je me connecte sur une application, trouve un scooter dans une rue à côté et le fais démarrer avec mon téléphone. Une fois arrivé à destination, je le laisse pour le prochain client. Beaucoup de personnes ultra brillantes emménagent dans la ville, ce qui impacte l’industrie tech et la demande de logements. Tout ces facteurs contribuent à la transformation de la ville ! La ville entière surfe sur cette vague entrepreneuriale : les Barcelonais sont particulièrement enclins à collaborer, innover et travailler ensemble. La communauté et la ville étant plus petites qu’ailleurs, il est plus facile de créer des liens, ou de se retrouver pour boire un verre. Nous assistons à un véritable bouleversement : les gens emménagent ici par choix, quand ils réalisent qu’ils peuvent travailler de n’importe où et qu’ils n’ont pas besoin d’être à Londres, Madrid ou Francfort. Tous les voyants sont au vert, le co-working a de l’avenir devant lui ! »

Les tarifs mensuels à OneCoWork sont de 165€ pour un poste et 350€ pour un bureau. 

http://www.onecowork.com

OneCoWork is located inside OneOcean Club