BARCELONEThe secrets to investing in Barcelona's property market

Comme Athena Advisers se prépare à lancer plusieurs programmes à Barcelone, nous avons rencontré l'experte de la destination Amanda Kendzior, pour savoir où acheter et pourquoi la deuxième plus grande ville d'Espagne est si prometteuse.

BARCELONE

The secrets to investing in Barcelona's property market

Comme Athena Advisers se prépare à lancer plusieurs programmes à Barcelone, nous avons rencontré l'experte de la destination Amanda Kendzior, pour savoir où acheter et pourquoi la deuxième plus grande ville d'Espagne est si prometteuse.

Beachfront in PobleNou Barcelona Property market

D’où venez-vous ? Cette question, qui peut paraître simple, amuse notre consultante-spécialiste de Barcelone, Amanda Kendzior. D’origine chinoise et britannique, Amanda a grandi au Kenya, au Canada et en Amérique avant de venir à Londres étudier les Relations internationales et le Tiers-Monde. Après la naissance de son premier enfant, elle souhaite changer de vie et décide d’emménager avec son mari vénézuélien, décorateur d’intérieur, à Barcelone, où ils s’étaient mariés. Après quelques années dans le quartier branché de Poblenou, prisé des jeunes familles internationales, le couple investit dans une maison le long de la Costa Brava, non loin de Barcelone. « Je vis aujourd’hui entre la ville et la campagne », explique Amanda. « Je fais pousser mes légumes, élève des poulets et fais beaucoup de sport, à la découverte des merveilles de la Catalogne. Je pratique ainsi l’haltérophilie et monte à cheval tous les week-ends à Begur, juste à côté. » Habitant en Espagne depuis plusieurs années, Amanda combine son expérience en ventes et en gestion à un fort souci du détail. Le profil parfait pour le rôle de consultante-spécialiste de Barcelone pour Athena Advisers ! Elle se livre sur son déménagement en Espagne, et nous conseille sur les bonnes adresses et l’investissement immobilier à Barcelone. 

1. En quoi l’immobilier vous inspire ?

Être propriétaire à l’étranger vous fait découvrir une autre culture, rencontrer du monde et apprendre une autre langue. Mon but : aider d’autres personnes à faire le pas et acheter un bien ! Je viens d’acheter et peux ainsi témoigner de l’excitation, des soucis et du besoin d’être épaulé. Investir à l’étranger n’est pas une décision à prendre à la légère et mon objectif est de faciliter le processus et d’assurer la rentabilité pour les investisseurs. Je les aide à trouver le bien ou l’emplacement idéal, qui octroiera à terme la citoyenneté à tous les membres de leurs familles.

2. En quoi le marché immobilier est-il prometteur aujourd’hui ?

  • Barcelone est en plein essor. Les investissements étrangers valorisent la ville, que le gouvernement souhaite faire évoluer en hub commercial international ; la capitale catalane est en effet très bien desservie et reliée au reste de l’Espagne et du monde. En outre, de nombreux espaces de bureaux sont à la disposition des chefs d’entreprise. Par exemple, @22, à Poblenou (le quartier des expats et des magasins bios, au bord de la plage), est un projet de rénovation d’une ancienne zone industrielle. Des bureaux modernes sont créés pour accueillir des start-ups des secteurs techniques et scientifiques.
  • Enfin, Barcelone a aussi pour réputation d’offrir une excellente qualité de vie. Ville sportive par excellence, elle est ensoleillée 300 jours par an et compte de nombreux restaurants de qualité.
  • Le marché immobilier barcelonais connaît une croissance à deux chiffres de 12,7 % en 2016, bien au-dessus de la moyenne nationale. Les taux d’intérêt sont bas et ne cessent de diminuer : c’est le moment où jamais de sauter le pas ! De plus, les banques espagnoles basent leur taux sur l’Euribor, en constante baisse depuis un an. Les prévisions des taux d’intérêts européens sont actuellement à 0 % et la prochaine hausse de 0.5 % n’est prédite qu’après 2020.

3. Comparé à Londres, est-ce différent d’élever ses enfants à Barcelone ?

Pour commencer, le prix de la vie est bien moins élevé. Nous sommes 4 et dépensons environ 120 € de courses par semaine, pour des produits frais et locaux. Les factures, d’eau notamment, sont peu chères. Avant, nous payions 1200 £ de loyer pour 40 m² à Willesden Green à Londres. À Barcelone, notre premier appartement nous coûtait 1 000 € par mois pour 100 m², à 10 minutes à pied de la mer. À la naissance de notre deuxième enfant, nous avons décidé de quitter la ville pour avoir plus d’espace. Nous avons acheté une maison sur la Costa Brava, à cinq minutes en voiture de Playa de Pals. L’inconvénient principal de Londres est qu’il faut payer pour tout et les trajets sont toujours longs. Ici, le soleil brille et l’hiver est doux, on peut prendre son vélo, aller à la plage ou au parc. La météo et votre budget ne régissent plus votre vie !

La ville propose aussi des bonnes écoles, internationales, trilingues ou plus alternatives, comme des établissements Montessori. Mes enfants, qui ont 3 ans 1/2 et 1 an 1/2, apprennent l’anglais, le catalan et l’espagnol. Avant de déménager, mon mari avait peur du marché de l’emploi, et au contraire, les opportunités ne manquent pas ! Beaucoup de nos amis expatriés ont monté leur entreprise, dans le recrutement ou le digital. Chacun a trouvé sa niche et comme la vie n’est pas chère, il y a moins de pression pour payer ses factures. 

3. Quel est l’impact du Brexit sur Barcelone ?

Pour faire face aux 44 millions de touristes qui envahissent la ville chaque année, la municipalité s’ouvre aux investissements étrangers. Les fonctionnaires sollicitent activement les entreprises, comme l’Agence européenne des médicaments, pour qu’ils délocalisent leur siège dans la fameuse Torre Glòries. Avec une telle opération par exemple, 900 employés qualifiés à hauts salaires emménageraient dans le centre-ville. Barcelone, qui a pour ambition de devenir un nouveau centre d’affaires européen, attire naturellement une main d’œuvre qualifiée séduite par le soleil, la mer et le mode de vie peu cher comparé à Londres ou Paris. Plus de 5 000 entreprises étrangères ont aujourd’hui leur siège en Catalogne, dont 90 % à Barcelone. 50 % des firmes japonaises, italiennes, nord-américaines, françaises, autrichiennes et suisses travaillant en Espagne y sont basées.

4. Quel est le quartier où vous rêvez d’acheter ? Pourquoi ?

Je dirais Llacuna, qui n’est pas encore très réputé. Situé entre le centre-ville et Poblenou, il est en pleine effervescence. Accueillant autrefois les usines de la ville, il s’est embourgeoisé et les entrepôts ont été convertis en magnifiques lofts. De plus, il est à deux pas de la plage et plutôt calme, et tout y est à portée de main !

5. Un conseil d’investissement en exclu ?

Eixample est LE quartier où tout le monde investit en ce moment… mais, résultat, le ticket d’entrée y est beaucoup plus élevé, donc regardez plutôt ailleurs. Poble Sec est par exemple un excellent compromis : de super bars et restaurants, le parc Montjuic juste à côté et des prix encore très raisonnables. C’est un mix résidentiel parfait pour un couple cherchant un endroit calme, avec un accès rapide au centre-ville et de bonnes adresses locales.

De l’autre côté de la ville, de nombreuses crèches de différentes langues, la proximité de la plage et les nombreuses possibilités de sorties font de Poblenou un quartier idéal pour les familles. Vous y trouverez une version locale de Las Ramblas et toutes les installations nécessaires… un petit paradis en plein cœur de Barcelone ! Des expats du monde entier y habitent donc vous vous y ferez facilement des amis, surtout si vous avez de jeunes enfants. Même si les prix ont commencé à grimper, il est toujours possible de trouver des appartements au prix juste, en vous éloignant de Las Ramblas vers la Diagonal Mar ou la périphérie de Poblenou.

6. Qu’est-ce qui vous fait vibrer à Barcelone ?

La qualité de vie… on ne peut rêver mieux ! Et l’architecture de la ville est magnifique, j’adore flâner dans les rues. Chargée d’histoire, elle compte une myriade de musées d’art (le Musée Dali, la Fondation Joan Miró, la Sagrada Familia, etc.) et certains des meilleurs restaurants au monde. De nombreux concerts y sont donnés. Sans oublier la plage, d’un côté de la ville, et les montagnes, de l’autre. C’est un véritable concentré de ce qui se fait de mieux et, comme la ville n’est pas grande, tout semble à portée de main. Enfin, l’aéroport relie les grandes métropoles du monde donc les globe-trotteurs ne seront pas en reste.

Vos adresses préférées pour :

Le dimanche matin ? Comme la plupart des commerces sont fermés le dimanche, les Barcelonais passent généralement la journée en famille, à pratiquer des sports d’extérieur. J’adore me promener sur la côte entre Poblenou et le W Hotel. En longeant la plage, arrêtez-vous dans un restaurant ou café (les « Chiringuitos ») de plage pour prendre un café ou un smoothie… et observer les passants !

Une fois par mois, pendant tout un week-end, vous pouvez aussi vous rendre au marché Palo Alto à Poblenou. Admirez les derniers objets design et artisanaux, écoutez de la music live, achetez de quoi manger dans un food truck et profitez du soleil et de la vue. « The place to be » !

Une escapade le week-end ? Sans hésiter : la Costa Brava. Un lieu magique entre restaurants étoilés, criques magnifiques et villages médiévaux. Séjournez à Begur et visitez une des anses du coin avant de déjeuner à Toc Al Mar.

Un dîner entre amis ? Tickets est un restaurant très sympa, tenu par les frères Adriá, proposant des plats savoureux dans un environnement spectaculaire. Sinon, j’aime bien El Nacional, un ancien parking récemment converti en un intérieur design inspiré de la Belle Époque.

Family lifestyle in barcelona and where to buy property and which schools to go to