LISBONNEThe Golden Ticket

De tous les pays d’Europe qui proposent le permis de résidence aux riches investisseurs étrangers, le Portugal est celui qui connaît le plus de succès.

LISBONNE

The Golden Ticket

De tous les pays d’Europe qui proposent le permis de résidence aux riches investisseurs étrangers, le Portugal est celui qui connaît le plus de succès.

Sur l’initiative du premier ministre portugais, Pedro Passos Coelho, les non-européens peuvent obtenir un permis de résidence de cinq ans au Portugal, et ce en investissant seulement 350 000 € dans l’immobilier. Le document institutionnel ainsi délivré est un « Golden Visa ». Il fallait auparavant investir au minimum 500 000 € dans l’immobilier pour l’obtenir, mais le succès de ce visa a conduit le gouvernement à en assouplir les critères.

Le droit de résider dans un nouveau pays, sur un nouveau continent, au seul moyen d’un investissement immobilier, est un concept néolibéral et révolutionnaire. Cette mesure à attiré Brésiliens motivés par d’anciens liens coloniaux, Russes par le système éducatif, ou encore Chinois envieux de la stabilité économique et sociale du Portugal.

« Le système portugais d’accueil de résidents étrangers à été élu meilleur au monde, » nous apprend Manuel Bento Nogueira de Legal Square. Ce cabinet d’avocat portugais est en ce moment en pleine gestion de 250 candidatures pour le Golden Visa. « Pourquoi ? Pour le système en lui-même et pour les conditions de vie, le coût de la vie ici est faible. Les clients peuvent demander le permis de résidence permanente au bout de cinq and et la citoyenneté au bout de six. Cette mesure comprend l’accès à l’éducation et au système de santé gratuitement, ainsi que d’autres avantages sociaux. Elle sert de stratégie pour toute carrière professionnelle à l’international puisque qu’elle permet aux détenteurs du visa de circuler librement dans les 25 pays de l’espace Schengen. »

L’année dernière, les Golden Visas ont été à l’origine de 1,5 milliard d’euros sur les 23 investis par les étrangers dans l’immobilier au Portugal. Ce programme contribue directement et indirectement à animer l’économie du pays.

Cette mesure n’est pas contraignante pour les investisseurs : pour fonctionner elle ne leur impose que quelques jours de résidence au Portugal. Dès lors doit-on craindre que loin de profiter du pays et de s’y attacher, les investisseurs ne l’utilisent simplement que pour accéder plus aisément au marché européen?

« Mon expérience me permet de me mettre à la place d’un investisseur, et je pense qu’en terme de mode de vie on ne peut trouver mieux que le Portugal. Notre pays s’évertue depuis des années à se moderniser : en 2012 une nouvelle législation à vu le jour et a permis de rénover le cœur historique de Lisbonne, ramenant à la vie des immeubles d’époque, qui sont maintenant sur le marché. Nos clients, les Chinois particulièrement, achètent ces propriétés pour en profiter. L’argent est quelque chose qu’ils ont déjà. Mais le Portugal leur permet de s’offrir beauté architecturelle, richesse culturelle et des siècles d’histoire. »

Les investisseurs sont aujourd’hui plus avisés que ce qu’ils l’étaient lors des premières émissions du Golden Visa. Ils apprécient maintenant l’histoire du Portugal, le doux mode de vie qu’offre le pays, les terrains de golf, le bon vin, la cuisine raffinée et une diversité impressionnante de paysages : plages de sable de l’Atlantique ou montagnes et forêt dans le parc Serra da Estrela. Mais combien de temps le tapis rouge va-t-il rester déroulé pour les investisseurs ? « Cela ne durera pas toujours » nous dit Nogueira. « Avec les discussions sur le nouveau budget de l’UE qui vont commencer l’année prochaine, il risque d’y avoir une pression plus importante sur ces visas, obligeant le gouvernement à y mettre fin ou à leur enlever toute crédibilité. »

Il donc grand temps d’investir, avant que cette voie royale ne disparaisse.