LONDRESHow to change the world smog free towers Daan Roosegaarde

À quelle vitesse des idées peuvent-elles changer le monde ? Dans cette nouvelle série, nous partons à la rencontre d'innovateurs du monde entier qui façonnent le monde de demain. Premier sur la liste : l'artiste néerlandais Daan Roosegaarde.

LONDRES

How to change the world smog free towers Daan Roosegaarde

À quelle vitesse des idées peuvent-elles changer le monde ? Dans cette nouvelle série, nous partons à la rencontre d'innovateurs du monde entier qui façonnent le monde de demain. Premier sur la liste : l'artiste néerlandais Daan Roosegaarde.

Daan Roosegarde

Les frontières entre le digital et l’analogique sont de plus en plus floues. Partout, dans les transports en commun, aux terrasses des cafés ou dans la rue, la moitié des personnes que vous croisez ont le nez sur leur smartphone, perdus dans un monde virtuel, hors du monde visuel qui les entoure. Loin d’être de la science-fiction, la réalité virtuelle et l’intelligence artificielle devraient bientôt faire partie intégrante de notre quotidien. S’immisçant dans nos vies par des casques VR, elles nous aident à prendre des décisions importantes comme investir dans une maison secondaire par exemple. Des associations caritatives ou les activistes utilisent même des simulations épouvantablement réelles de pays ravagés par la guerre comme la Syrie pour faire passer leur message. Cela nous semble déjà très naturel d’allumer le chauffage de notre appartement depuis un autre fuseau horaire. La déferlante technologique est aussi rapide qu’inarrêtable…. mais qui sont ces designers et ces ingénieurs qui décident de notre futur ? Et comment introduire chez nous leurs meilleures innovations ? 

Depuis le lancement de  Studio Roosegaarde en 2006, l’artiste et entrepreneur Daan Roosegaarde est en première ligne de l’innovation : sa mission est de combiner l’art, le design et la technologie afin d’initier une mutation sociale, incitant le public à prendre part au processus et à participer au monde de demain. Installés à Rotterdam, centre mondial d’innovation architecturale émergent, Daan et son équipe ont mis en place ce qu’ils appellent un « laboratoire des rêves du 21ème siècle » : un majestueux entrepôt baigné de lumière, où les cloisons de séparation en verre se transforment en planche à dessin créative. « Je ne veux pas vivre dans un monde où je suis entouré d’objets inventés par un type chauve de la Silicone Valley », explique Daan, « je pense que nous devrions tous participer, que la prochaine révolution devrait être sociale et non technologique… (Par exemple), en dansant sur un plancher durable, on peut alimenter le système avec sa propre énergie et ainsi créer une interaction. »

D’année en année, les projets de Roosegaarde ont gagné en périmètre mais également en portée sociale : des installations artistiques intuitives comme DOME, qui faisait interagir les passants entre eux et avec leur environnement sur une artère parfois dangereuse, ou une piste cyclable qui s’illumine la nuit pour donner aux cyclistes l’impression de voyager dans le tableau La Nuit Étoilée de Van Gogh. Même si l’art est toujours une dimension importante du travail de Daan, il a un peu mis de côté le visuel et l’expérimental pour mettre ses talents à contribution des problématiques sociales et environnementales. Des autoroutes intelligentes qui rechargent les voitures électriques et s’illuminent de flocons quand les températures chutent en dessous de 0°C ? Des tours anti-pollution qui purifient l’air que nous respirons ? Aussi ambitieux soit-il, la force de Studio Roosegaarde, réside dans sa capacité à concrétiser des innovations. 

Prenons l’exemple des tours anti-pollution. Alors qu’il passait une nuit à Pékin sans pouvoir distinguer l’extérieur de sa chambre d’hôtel, Roosegaarde a eu l’idée de trouver une solution à la pureté de l’air. Le nuage de pollution était tellement épais que les enfants devaient rester cloîtrés à l’intérieur ! Après avoir testé le filtre anti-smog à Rotterdam, il a finalement réussi à convaincre le gouvernement chinois, inaugurant son projet lors de la Shanghai Design Week en septembre 2016.  

Haute de 7 mètres, la Smog Free Tower est aujourd’hui le plus grand purificateur d’air au monde, nettoyant 30 000 m3 d’air par heure grâce à une technologie ionique brevetée ne produisant pas d’ozone. Fonctionnant avec juste une petite quantité d’électricité verte, elle capture et collecte plus de 75 % des particules polluantes PM2.5 et PM10 en suspension. L’air purifié est ensuite rejeté à 360° autour de la tour, créant une zone circulaire d’air quasiment pur tout autour. Après 41 jours de fonctionnement en plein centre de Pékin, avant de parcourir les provinces du pays, le gouvernement chinois a indiqué que l’air autour de la tour était 55 % plus pur qu’auparavant, prouvant la viabilité de la Smog Free Tower comme solution locale pour purifier l’air dans les parcs par exemple. Une véritable inspiration pour un futur plus propre ! La tour a surtout intéressé et poussé les citoyens, les gouvernements, les ONG et les acteurs du secteur des éco-technologies à participer à la solution et non plus au problème. Allant encore plus loin, Roosegarde et son équipe ont lancé une collection de bijoux en édition limitée, avec notamment des bagues en verre renfermant une distillation du smog pékinois. « L’air pur est en quelque sorte le dernier chic », ajoute-t-il. « Qui se soucie de votre nouvelle Rolex ou de votre dernière voiture ? L’air pur est tendance, c’est pourquoi nous l’avons intégré dans nos créations. Et pas la peine de s’inscrire sur liste d’attente, il y en a pour tout le monde ! »

Illustrant les applications possibles de la technologie innovante dans notre vie privée, la Smog Free Tower devrait inspirer les promoteurs, architectes et propriétaires. Ne serait-il pas fabuleux de savoir que, grâce au filtre anti-pollution de votre maison, vos enfants jouent à l’air pur dans votre jardin ? Pékin reste la priorité de Daan, mais son imagination sans borne combinée à son ingéniosité font de son studio une étoile montante à suivre dans les prochaines années. « J’essaie de fusionner les mondes de l’innovation et de l’imagination et de créer le lien manquant entre fantaisie et réalité, beauté et bêtises… pour explorer ce nouveau monde dans lequel nous vivons et partir à l’aventure comme quand nous étions enfants », conclut Roosegaarde. 

Daan Roosegarde the very best tech art projects in the world